Les valeurs en bilan de compétences

Valeurs en bilan de compétences

Pourquoi s’intéresser aux valeurs d’une personne en bilan de compétences ?

Parce qu’elles guident les actions, les pensées et les choix de la personne ! Elles constituent une  sorte de « morale » qui donne aux individus les moyens de juger leurs actes et de se construire une éthique personnelle. Je retiendrai cette définition : « les valeurs sont les principes qui me servent de référence, qui guident mes actions et qui influencent mes buts, mes désirs et mes choix. »

Et donc de fait elles orientent la façon dont l’individu développe ses propres compétences. Par exemple, prenons deux vendeurs qui possèdent des compétences en négociation. L’un est principalement guidé par une valeur de satisfaction de la clientèle. Et l’autre, plutôt guidé par des valeurs de performance et de compétition. Leur pratique sera très différente, et donc leur savoir-faire et leur savoir-être aussi. Il est donc essentiel dans un bilan de compétences de s’interroger sur les valeurs en tant que ressource pour développer ses compétences.

Valeurs et projet professionnel

Ensuite, la personne doit aussi se questionner sur les valeurs qu’elle souhaite utiliser, incarner même dans son futur projet professionnel. Il n’est pas rare qu’une personne décide d’accorder moins d’importance aux valeurs qui ont été non constructives dans son passé. Ainsi, bien que la structure des valeurs d’une personne soit stable dans le temps, la hiérarchie des valeurs peut fluctuer selon les événements qui surviennent dans la vie. Cette vision est fondamentale. Car souvent la demande de bilan de compétences apparaît dans une période où la personne est déstabilisée par rapport à ses expériences professionnelles passées. Le cas classique étant au mitan de la vie (la fameuse crise de la quarantaine !), âge très répandu pour entamer une démarche de bilan, qui soutend souvent une remise en cause fondamentale de ses valeurs.

A noter aussi, qu’une valeur peut demeurer très importante tout au long de sa vie. Mais en étant mobilisée de façon différente selon les époques professionnelles. Par exemple, la valeur de la liberté qui s’exprime dans une première partie de carrière à travers un haut degré d’automonie et de responsabilités. Puis dans une 2ème phase, plutôt comme la recherche de liberté dans la gestion de son temps.

Mini-exercice

  • identifier 10 valeurs importantes pour moi
  • comment est-ce que je mets en pratique chacune de ses valeurs dans ma vie ?
  • et dans ma vie professionnelle, comment j’utilise ou pas cette valeur ? est-elle bien respectée dans mon travail actuel?
  • est-ce que cette valeur a été toujours constructive ?
  • mes premières conclusions sur ma situation professionnelle actuelle.

Envie d’en savoir plus sur le bilan de compétences. Prenez un rendez-vous gratuit pour vous informer.

Axes du projet professionnel

Axes projet

Axes du projet professionnel

J’aime à utiliser l’approche de Goguelin et Krau pour aider à la construction du projet de vie et professionnel. En effet, ils proposent d’analyser notre projet sous 4 axes :

  • le projet social (pouvoir) : avoir des responsabilités, exercer une influence sociale…
  • le projet économique (avoir) : être bien rémunérée, se payer de belles choses, voyager…
  • le projet affectif (aimer) : développer sa vie affective, fonder une famille, avoir des amis…
  • le projet développement de soi (être) : développer son potentiel, cultiver sa vie intérieure…

Vous me rétorquerez que vous voulez tout! Oui mais, la journée n’a que 24 heures dont environ 16 heures éveillées qui sont disponibles pour combler nos besoins. Toujours cette fichue question des choix et de comment nous répartissons notre temps et notre énergie pour être heureux.

Notons que les axes pouvoir et avoir sont de l’ordre du Posséder, l’axe aimer du Donner, et l’axe être du domaine du Ressentir. D’autres mots clés pour nous aider à réfléchir pour développer notre projet de vie et le projet professionnel qui lui correspond.

Comment utiliser l’approche?

  • pour chacun des 4 axes (pourvoir, avoir, aimer, être), noter leur importance (sur une échelle de 1 à 16 qui représente les 16 heures disponibles par jour), dans votre vie : il y a 10 ans, maintenant et dans 10 ans.
  • cela va permettre de clarifier quels axes de développement vous avez privilégiés jusqu’à présent. Si ce sont les mêmes pour le futur. Ou si des réajustement mineurs ou majeurs doivent être réalisés, car des choses ont été négligées, voire oubliées.

Envie de vous engager dans une démarche de bilan de compétences ? Contactez-moi.

 

Pourquoi un bilan de compétences ?

Objectifs d'un bilan de compétences

Vous réfléchissez à l’opportunité de faire un bilan de compétences? Voilà les retours que je peux avoir à l’issue de la démarche, au delà du bénéfice de construire un projet professionnel réaliste et motivant.

« Cela m’a (re)donné confiance en moi »

Souvent une personne qui demande un bilan arrive avec une estime de soi fluctuante, voire des jugements négatifs sur elle-même. Récemment une personne me dit au démarrage : « mais ce que je fais, n’importe quel CDD peut le faire sans formation ! ». Pour déclarer au moment de la synthèse : « non, je ne suis pas remplaçable  par le premier CDD venu, car j’ai de l’expérience et surtout un profil type apprécié par mon entreprise. »

En effet, le bilan favorise une certaine forme de validation de ses ressources qui aide la personne à réorganiser de façon plus positive et aidante la perception qu’elle a d’elle.

« Le bilan m’a permis de mieux me connaître »

Ils sont rares les moments dans une vie, où l’on peut prendre le temps d’un arrêt image sur soi. A titre d’exemple, l’enquête de perception dans l’entourage professionnel et personnel est souvent un moment très fort pour le bénéficiaire du bilan. Car il peut confronter la perception qu’il a de lui avec la perception des autres. Quelquefois l’angoisse est là avant le démarrage des interviews. Mais le résultat s’avère toujours positif, car il apporte des éléments nouveaux, riches, remettant en cause des biais de perception ou des éléments laissés dans l’ombre. Et un infirmier en psychiatrie de me dire : « finalement, le bilan c’est mieux qu’une psychothérapie, car c’est plus rapide et en plus d’augmenter la connaissance de soi, on construit un plan d’actions et on passe à l’action en accord avec soi-même ! ».

« Etre accompagné en bilan, c’est comprendre ce qu’est une transition et mieux la vivre »

C’est pourquoi, je pense que le terme « bilan » est très impropre pour qualifer ce que nous faisons et vivons dans la démarche. Je parle plutôt de coaching de transition professionnelle. Identifier les différents scénarii d’évolution, les souspeser dans leurs conséquences, les hiérarchiser par rapport à des critères de choix (financier, style de vie, mobilité géographique…). Voilà le coeur d’un bilan de compétences. Qui amène immanquablement la personne à faire des compromis avec elle-même et son entourage. C’est pourquoi, une étape essentielle est d’articuler les priorités professionnelles avec les autres priorités de vie. Et les partager avec ses proches.

 » J’ai pu me rendre compte que j’avais beaucoup de compétences ! »

La constitution du portefeuille de compétences : étape qui n’est pas la plus facile. Car elle demande de l’analyse, de l’auto-observation. Et surtout de mettre des mots sur ce qu’on fait de façon automatique chaque jour et que nous considérons comme « naturel ». Et pourtant cette partie un peu technique du bilan, permet en fait l’émergence des forces et de blessures inhérentes au besoin de chacun d’être compétent. C’est-à-dire de pouvoir faire face à ce qui est à faire avec ses ressources et son expérience, et avec fierté. Excellente préparation aussi pour la recherche d’emploi et la valorisation de ses savoir-faire face à un recruteur. Avoir fait un bilan de compétences est forcément perçu par le recruteur, car le discours est plus fluide, plus original, plus construit.

Envie de vous lancer? Contactez-moi pour en savoir plus.