La persona professionnelle ou identité professionnelle

Dans cet article, une approche complémentaire pour réfléchir sur son projet professionnel. Quelle est votre persona professionnelle et quelle est la facette sur laquelle vous aimeriez fonder votre évolution de carrière?

Par persona professionnelle, je vise l’identité professionnelle qui elle-même se décompose en trois facettes :

  • ses connaissances et ses savoir-faire
  • ses caractéristiques de personnalité ou modes relationnels
  • son style de raisonnement ou modes de pensée.

Bien sûr, chaque métier ou emploi met en jeu ses trois composantes. Mais il est productif de penser quelle est la facette prépondérante pour réussir dans votre métier. C’est la racine de votre identité professionnelle. Et la question est de savoir si vous souhaitez continuer à travailler dans un métier qui utilise cette racine ou pas.

Quand votre identité professionnelle est basée sur ses connaissances

Cela signifie qu’au quotidien, vous mobilisez beaucoup de connaissances (technique, juridique, scientifique…). Pour le dire autrement, une personne qui ne les possèderaient pas ne pourrait pas exercer votre métier ou fonction. Votre fonction est accessible grâce à un diplôme ou un titre professionnel spécifique, des certifications.

Exemple : infirmier, psychothérapeute, expert-comptable, menuisier, pilote d’hélicoptère, avocat…

Deux cas de figure :

  • votre filière vous convient et vous cherchez à évoluer : des déplacements possibles sont
    • transmettre ses connaissances
    • manager des personnes qui possèdent ses connaissances
    • devenir plus expert dans un domaine (exemple : un avocat se spécialisant dans les risques psycho-sociaux)
  • vous envisagez de changer de filière :
    • possédez-vous d’autres connaissances valorisables ?
    • sinon, il faudra que votre projet s’appuie plutôt sur vos modes relationnels ou vos modes de pensées préférés.
      • exemple : une infirmière qui veut devenir institutrice pourra certainement s’appuyer ses des modes relationnels et/ou de pensées qu’elle maîtrise déjà.

Quand votre identité professionnelle est basée sur votre mode relationnel (personnalité)

Si la personnalité est prédominante  dans votre métier, cela signifie que :

  • vous apportez dans l’exercice de vos fonctions une certaine spécificité personnelle, puisque nous sommes tous différents
  • et que la réussite de votre mission passe par la mobilisation de traits de personnalité ou de compétences comportementales fortes.

Exemples : commercial, chargé de communication, agent d’accueil, commerçant, coach…

S’il y a une bonne adéquation entre votre personnalité et vos missions, alors vous ressentez probablement une facilité au quotidien, du plaisir dans l’utilisation de ces savoir-faire relationnels. En creux, si on vous en prive, cela va porter atteinte gravement à votre motivation (besoin de convaincre, de parler, d’échanger, d’interagir…).

Il s’agit ici dans une démarche d’orientation de bien repérer et valoriser ses savoir-faire relationnels car ils pourraient vous permettre par tranposition, d’aller dans des métiers très différents qui se fondent sur les mêmes compétences.

De plus, ces compétences étant beaucoup plus visibles que d’autres lors d’un entretien de recrutement, vous pourriez convaincre un employeur de vous faire confiance…

Quand votre identité est basée sur votre mode de pensée (style de raisonnement)

Une approche certainement moins utilisée mais éclairante aussi !

Votre métier est alors de type généraliste. Ce qui fait votre atout, c’est votre valeur ajoutée dans l’analyse des situations ; dans la rigueur à gérer une tâche : on bien encore la rapidité de réaction. Il s’agit de tous les métiers à forte composante d’organisation, de méthode, de rigueur.

Exemple : chef de projet, chargé d’études, logisticien, organisateur d’événements…

Ces compétences ne sont pas faciles à exprimer et nécessitent vraiment que vous les mettiez en forme sous forme de réalisations probantes. Pour pouvoir les expliquer le plus concrètement possible à votre recruteur. En effet, dire « je suis rigoureux » au recruteur n’apporte rien et même peut succiter une réaction du type : »oui mais encore ». Attachez-vous à dire dans quelles situations, pour résoudre quel type de problèmes vous avez démontré cela et surtout COMMENT, et avec quels résultats tangibles.

Vous devrez étudier les autres métiers qui mettent en oeuvre ces modes de pensée pour identifier des idées d’évolution professionnelle. Ce qu’on appelle une enquête métier.

Envie d’en savoir plus dnas le cadre d’une démarche de bilan de compétences : bénéficier d’un entretien gratuit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.